A.V.C.A. : Association des Victimes de la Catastrophe Aérienne du 16 août 2005

Samedi 20 août 2005

Envoyer Imprimer PDF

Les familles sont arrivées à Maracaibo avec l'avion affrété par l'État.

roseQuelques 280 proches de victimes sont arrivés tendus et sous le choc. Ils sont accompagnés par le ministre de l'Outremer, François Baroin, des élus martiniquais, le procureur général de la Martinique et deux magistrats instructeurs.

Dès leur descente de l'avion, les familles se sont rendues à la faculté de médecine qui sert de morgue, où ils n'ont pas pu pénétrer: un cordon de policiés armés barrait l'entrée du batiment, les tenant éloignés d'une bonne trentaine de mètre.

Un des membres de la céllule de crise française, informe les familles qu'ils sont au plus près de leur défunts. On sent une énorme préssion,

Certains commencent à réaliser que c'est vrai... qu'ils ne verront plus leurs proches... la douleur est trop forte, certains s'éffondrent en larmes sur le sol... Le soleil  de plomb n'arrange en rien, les familles veulent voire une dernière fois leurs proches ou déposer au plus près des roses que les autorités vénézueliennes avaient mis à disposition.

Mr Baroin, très gêné et attristé par ce qui se passe a expliqué aux familles que les autorités vénézueliennes ne souhaitent pas que l'on ne s'approche trop de l'immeuble.

Les familles ont alors déposé en lignes les roses à même le sol.

Ensuite Une cérémonie oecuménique était prévue dans un cimetière principal de la ville, dans le jardin central, nommé jardin d'Eden, où une plaque commémorative portant les noms des 160 morts devait être érigée.

Les proches des victimes devaient ensuite repartir vers Fort-de-France.

 
Vous êtes ici : Accueil Rétrospective Samedi 20 août 2005

Notre Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter en utilisant ce formulaire.



Recevoir du HTML?

A votre écoute

Nous sommes joignable par :

  • Gsm : 0696 98 48 48
  • Tél : 0596 53 11 37
  • Fax : 0596 53 11 37 
  • Email : avca1682005@laposte.net

Cellule Métropole

logo-avca