A.V.C.A. : Association des Victimes de la Catastrophe Aérienne du 16 août 2005

Le procès de la West Caribbean en Martinique

Envoyer Imprimer PDF
L’erreur est une chose qui demeure, même quand elle est plurielle. Sur ce crash de la West Caribbean on n’a pas fini d’entendre.

Pourtant, un tel événement devrait susciter un peu de recul ou d’effroi. On a entendu des prises de positions qui s’apparentaient beaucoup plus à des offres de services. Ainsi, certains avocats ont critiqué le choix des familles qui ont opté pour la voie américaine et ont tenté de les culpabiliser, d’autres ont mis en avant leur origine martiniquaise au lieu de parler de leur expérience et de leur compétence. L’égocentrisme et l’ethnocentrisme s’entremêlant en certitudes négatives. Une tranquille hypocrisie, colorée d’objectivité à façon ou de déontologie sur mesure.

Certains compatriotes disent encore : « fini épi sa, yo péké ritounin ». Le fatalisme pour excuse. Aujourd’hui, la dernière manipulation consiste à scander que l’avion est le moyen de transport le plus sûr et à présenter les accidents aériens comme une donnée statistique : une banalisation des crashes à comptabiliser en « pertes et profits ».

Nous qui avons perdu nos pères, nos mères, nos frères, sœurs, neveux, cousins etc.…, sommes-nous prêts à accepter cela comme un fait banal? L’avons-nous vécu comme un simple accident de la route ?  

L’audience qui débutera à Fort-de-France le 24 juin prochain n’a pas pour but de désigner les coupables mais d’indemniser les victimes.
 
Les juridictions en Martinique sont-elles compétentes pour cela ? Telle est la question  que des parents de victimes se sont posée.
 
Vous êtes ici : Accueil Le procès Le procès de la West Caribbean en Martinique

Notre Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter en utilisant ce formulaire.



Recevoir du HTML?

A votre écoute

Nous sommes joignable par :

  • Gsm : 0696 98 48 48
  • Tél : 0596 53 11 37
  • Fax : 0596 53 11 37 
  • Email : avca1682005@laposte.net

Cellule Métropole

logo-avca